Incredible India

J’atterris à 5 h 30 à New Delhi le 4 septembre 2012. Encore sous le choc d’être en Inde, j’embarque dans un taxi prépayé pour aller chez mon couchsurfer qui avait gracieusement accepté de m’héberger pendant deux nuits. Peu de trafic, je sens par contre, déjà la chaleur étouffante de cette grande ville de 17 millions d’habitants. C’est un peu irréel de penser que cette ville à elle seule possède la moitié de la population du Canada.

Mes premières impressions de l’Inde? C’est sale, c’est pollué au maximum, aucun respect pour l’environnement, montagne de déchets partout en ville, sans-abris, pauvreté, vaches dans la rue. J’ai qu’une envie et c’est de retourner en Europe. Je vais même jusqu’à regarder combien coûte un retour seulement. Moi, qui aime la propreté, les choses ordonnées et le calme, je ne suis vraiment pas au bon endroit. Je prends mon mal en patience et je décide de vivre l’expérience indienne jusqu’au bout. C’est intense comme pays. Je ne sais pas si j’ai aimé ça ou pas. Je ne peux dire exactement pourquoi j’avais cette impression puisque la pauvreté n’est pas différente d’ailleurs. La saleté non plus. Bon, les vaches, oui, ça impressionne. D’ailleurs, je m’ennuie presque de ne pas les avoir à mes côtés. Je me suis ennuyée de manger un bon steak. La vache étant sacrée, pas de steak à l’horizon en Inde. 69 % des Indiens sont végétariens. C’est fort intéressant parce qu’on me posait souvent la question à savoir si j’étais non vég. Au début, je me demandais bien ce que ça voulait dire. En fait, ils veulent savoir si je mange de la viande. Intéressant puisque dans nos pays, c’est plutôt le contraire, on dit simplement être végétarien, mais comme eux, c’est la majorité qui est végétarienne, la question est souvent posée.

Première journée, je cours dans un PFK (non, non, pas pour manger leur poulet, mais bien pour utiliser leur toilette). Et voilà, la tourista n’a pas pris de temps à se manifester. Le fait d’être malade aussi rapidement me laisse peu de choix quant à la prochaine étape. Je n’ai pas trop envie de passer 12 heures dans un train ou bus. Je pars pour Haridware, le début du fameux Gange. Je vois une cérémonie le soir où il allume des chandelles et les laisses couler sur la rivière sacrée. Je ne reste qu’une nuit et hop, je pars pour Rishikesh, le lieu parfait pour faire de la méditation ou du Yoga, je ne fais ni l’un ni l’autre. Je n’ai pas envie et je ne fais que flâner pendant quelques jours. Je dois dire que je suis encore malade, en fait, pendant 10 jours d’affilée, j’ai la diarrhée à divers degré. Aucune gêne d’en parler, puisque ça semble être de mise entre voyageurs. Tout le monde est affligé au moins une fois pendant son voyage. C’est l’Inde. Je dois vous avouer que j’ai développé une patience que je n’ai jamais eue. Je me suis dit que c’était l’Inde et que rien ne me dérangerait. Que si je voulais que les choses se passent comme au Canada, que je serais restée chez moi. Je crois qu’à un moment donné, on n’a pas le choix d’avoir cette réflexion, parce que tout est toujours compliqué en Inde et qu’on ne peut pas passer ses vacances à être constamment frustré. Le train ou le bus est en retard. Ce n’est pas grave, c’est l’Inde. La route est dans un piètre état et on doit se taper 400 km. C’est l’Inde. C’est qu’il faut se dire, et être patient, car on n’y peut rien. C’est le chaos dans ce pays. Comment 1.2 milliard de personnes peuvent vivre dans ce bordel, qui sait, mais la vérité est que ça marche. Tout croche, mais ça fonctionne. Vous voulez traverser la rue, ben allez-y, foncez sans hésiter, les voitures s’arrêterons, bon pas les vaches, mais qu’importe, juste à les contourner. Il n’y a aucun feu de circulation. Une voiture ou rickshaw vous fonce dessus, inquiétez-vous pas, ils vont klaxonner pour que vous enleviez du chemin. J’ai vu peu d’accidents, surprenant comme ça peut paraître.Image

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :